Grèce: le Parlement adopte un nouveau budget d'austérité

Portrait de Mathilde Tison

Le Parlement grec a adopté le budget 2017 à une courte majorité de 152 voix sur 146 samedi 10 décembre. Tous les partis d'opposition ont voté contre, ainsi que les députés indépendants. Pendant les débats, les questions ont porté en grande partie autour de la deuxième évaluation du programme d'aide, la question de la dette, les annonces récentes du premier ministre sur le soutien aux retraites, mais aussi les élections réclamées par l'opposition.

Le Premier ministre Alexis Tsipras le répètait depuis plusieurs mois et il l'a redit lors de son discours devant le Parlement pour le vote du budget : avec une grande confiance, le peuple nous a donné un mandat de quatre années et nous irons jusqu'au bout.

Un message directement adressé à l'opposition conservatrice, la Nouvelle Démocratie qui demande des élections. Le président du parti a notamment reproché à Alexis Tsipras son annonce de jeudi soir lors de laquelle il a dit vouloir redistribuer le surplus réalisé par la Grèce en 2016 aux retraités les plus fragiles. Kiriakos Mitsotakis a déclaré que cette décision « démontre une fois de plus à quel point (il) est irresponsable. »

Mais le budget cette année est loin d'être si généreux. Il prévoit des taxes supplémentaires qui pourraient rapporter un milliards d'euros et une nouvelle réduction des dépenses publiques de 5,7 milliards d'euros à base de baisses de salaires et de pensions.

Le vote de ce budget intervient dans un contexte de tension politique, avec une chute de la popularité du gouvernement dans les sondages, et de tension sociale avec une grève générale lancée quelques jours avant le vote du budget 2017 au Parlement, à l'appel des confédérations syndicales du public et du privé. Après six ans d'austérité, la Grèce est toujours sous la pression des créanciers.

Source de l'article retransmis: Charlotte Stievenard, "Grèce: le Parlement adopte un nouveau budget d'austérité", rfi, http://www.rfi.fr/europe/20161211-grece-budget-austerite-adopte-parlemen...

Photo: Le Premier ministre grec Alexis Tsipras pendant le débat parlementaire sur le budget au Parlement, le 10 décembre 2016. REUTERS/Alkis Konstantinidis