Le Maroc inaugure la première tranche d'une centrale solaire géante

Portrait de AGORA moderator

En arabe, Noor signifie lumière. Et c'est ce nom à forte portée symbolique qui a été retenu pour les différentes tranches de la centrale solaire XXL qui sera progressivement implantée au centre de Maroc, près de la ville touristique de Ouarzazate, en lisière du désert. Noor-1 inaugurée ce jeudi par Mohammed VI, roi du Maroc en présence notamment de Ségolène Royal, ministre de l'Écologie ne produira «que» 160 mégawatts (MW) avec ses 500.000 panneaux (sur 480 hectares) de douze mètres de haut. Mais c'est la première étape d'un projet bien plus vaste, d'une capacité totale de 580 MW. Cette centrale solaire, la plus grande du monde selon ses promoteurs, devrait fournir de l'électricité à 1 million de foyers marocains. L'inauguration de la première tranche, en présence de Ségolène Royal, apparaît comme un passage de témoin entre la France récente organisatrice de la COP 21, et le Maroc qui accueillera l'édition suivante fin 2016.

Ferme éolienne

Le projet choisi par l'agence solaire marocaine (Masen) est mené par le promoteur et opérateur saoudien Acwa Power créé en 2002. Il fournira l'électricité au réseau de l'Office national de l'électricité et de l'eau du Maroc (Onee). Noor-1 a nécessité un investissement d'un milliard d'euros, selon un directeur commercial du groupe saoudien alors que les montants étaient sensiblement inférieurs. Le financement des deux prochaines phases NOOR-2 (200 MW) et -3 (150 MW), dont les travaux ont été officiellement ce jeudi, est déjà bouclé; seul celui de la dernière phase de 60 MW est encore en attente.

Le parc solaire de Ouarzazate sera dans sa version finale installé sur 2500 hectares. Il a été réalisé dans le cadre du plan solaire marocain, lancé en 2009, dont l'objectif est de produire 2 gigawatts via l'énergie solaire, soit un cinquième de la production du Maroc en 2020. En matière d'énergie renouvelable, le Maroc s'est fixé pour objectif un premier seuil de 42% en 2020, et depuis la COP 21, de 52% en 2030. Pour y parvenir, le royaume marocain pourra aussi compter sur la ferme éolienne de Tarec à Tarfaya, sur la côte atlantique. D'une capacité installée de 300 MW, elle a nécessité un investissement de 600 millions de dollars.
 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/02/05/20002-20160205ARTFIG00014-...