SENEGAL-SANTE Des députées en mission à Tambacounda pour la promotion de la santé de la reproduction

Portrait de AGORA moderator

 Une délégation de députées est arrivée mardi à Tambacounda (est) pour une visite de terrain qui entre dans le cadre de la promotion de la santé de la reproduction et de la planification familiale, a constaté l'APS.

Conduite par la députée Tahibou Baldé, point focal de la commission de la santé de l’Assemblée nationale, la délégation comprend des agents du ministère de la Santé et de l’Action sociale, du département de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, et une représentante du Réseau des journalistes en santé.

Au siège du conseil départemental de Tambacounda, les parlementaires ont rencontré des communicateurs traditionnels, des responsables d’associations de femmes et de jeunes, en présence d’Ibra Mbodji, un adjoint du préfet.

Ils se sont rendus auparavant à la région médicale de Tambacounda, où ils ont eu droit à une présentation de la région concernant leur domaine de prédilection, la santé.

Les membres de la délégation parlementaire expliquent que l’objectif de leur visite est de "renforcer la sensibilisation des populations, en particulier des hommes et des garçons, sur l’importance de la prise en compte des questions de genre".

Ils déclarent également vouloir, au terme de la visite, mieux participer à "la promotion de la santé de la reproduction et de la planification familiale", et à la lutte contre "l’excision et les fistules".

"Nous sommes là dans le cadre de la promotion de la santé de la reproduction et de la planification familiale", a indiqué Tahibou Baldé.

La mission, qui s’inscrit dans le cadre la mise en œuvre du programme de coopération entre le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et le gouvernement du Sénégal pour la période 2012-2016, devrait conduire les députées à Makacoulibantang et à Bakel, dans la région, mercredi.

Dans la région de Tambacounda, "le tableau n’est pas du tout reluisant, malgré les efforts de l’Etat", a dit Mme Baldé. Elle estime qu’''il y a beaucoup d’efforts à faire'' dans les domaines de santé de la reproduction et de la planification familiale, dans cette partie du pays.

La région de Tambacounda est confrontée à l’inaccessibilité des structures de santé, à l’insuffisance en nombre du personnel de santé et aux taux élevés de mortalité maternelle et de mortalité infantile.

La planification familiale est faiblement pratiquée dans la région, à cause des "pesanteurs sociales" qui subsistent dans la zone, a expliqué Tahibou Baldé.

Tambacounda enregistre un taux de prévalence contraceptive – le niveau de la pratique de la planification familiale - de 4%, l’un des plus faibles du pays, dont la moyenne nationale est de 12%.

La commune de Makacoulibantang, qui a le plus faible taux de la région (0,3%), avait été choisie par la région médicale pour accueillir la cérémonie de lancement de la dernière campagne nationale de promotion de la planification familiale, du 28 novembre au 10 décembre 2013.

Les députées veulent, à la fin de leur mission de deux jours, renforcer le plaidoyer en faveur de la pratique de la planification familiale.

Selon elles, un film de sept minutes sera produit pour servir de support de communication de ce plaidoyer auprès des autorités.

source
http://www.aps.sn/articles.php?id_article=132399