Changement climatique: le transport à faible émission de carbone, un élément vital

Portrait de Mathilde Tison

Le transport à faible émission de carbone, un élément vital pour l’Agenda global de l’action

Des dirigeants du monde des transports durable se sont réunis samedi 12 novembre dans la Zone bleue de la COP22 afin de discuter de l’Agenda global de l’action sur les transports.
L’objectif de cette réunion était de souligner les progrès réalisés sur près de 15 initiatives principales. L’Agenda couvre tous les modes de transport (aérien, par route et maritime) et avec plus de 100 pays participant, il confirme qu’il est possible de faire face aux émissions.

Cette journée des transports a permis de discuter des sujets suivants : la nécessité de l’action, les initiatives de l’Agenda de l’action, les exemples de mise en œuvre progressive depuis la COP21, les émissions électriques ou ultra-faibles, la mobilité, l’adaptation, le programme pour 2017 et au-delà. Les actions mises en place depuis la COP21 incluent notamment les initiatives suivantes.

L’Initiative mondiale pour les économies de carburants (GFEI) soutient 40 pays supplémentaires dans la réalisation de bénéfices financiers et de CO2 provenant de l’efficacité accrue des carburants pour véhicules.

Le plan d’accréditation des aéroports pour le carbone qui inclue aujourd’hui 173 aéroports certifiés à travers le monde, y compris 26 aéroports au bilan carbone neutre, ce qui signifie que 36% des passagers voyagent désormais à travers un aéroport accrédité. M. Mohamed Zouhair El Aoufir, PDG de l’ONDA a ainsi commenté que « le Maroc est engagé à réduire ses émissions de CO2 en matière de secteur aérien », ajoutant « nous avons déjà lancé deux plans réussis à Casablanca et Marrakech, et d’autres suivront ».

Autre action, l’initiative « Mobilise Your City », qui sécurisé 35 millions d’euros de financement sur les 12 derniers mois et profite de la COP22 pour annoncer le début du développement de son Plan de mobilité durable au Maroc et au Cameroun. « Ce plan a été lancé au Maroc, à Casablanca, le 11 novembre 2016 », a affirmé M. Yann Mongabura, porte-parole de l’initiative, « et d’autres villes marocaines comme Rabat et Kénitra sont impliquées ».

A assisté à l’événement SAS le Prince Albert II de Monaco, présent ce jour à la COP22 en soutien de la CCNUCC. Il a réaffirmé l’importance des transports dans l’Agenda de l’action et a salué les efforts et initiatives mis en œuvre.

Le transport étant responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre, une absence d’action pourrait aboutir au double de ce chiffre d’ici à 2050. Le transport est un problème pour 45% des pays et pour souvent, le problème principal. Mme Hakima El Haité, envoyée spéciale et championne du climat pour le Maroc a ainsi noté que « les initiatives pour le transport réalisées par les acteurs non-étatiques sont essentielles pour une mise en œuvre réussie des NDCs ».

Cet événement a aussi recueilli le soutien des membres du public pour obtenir 1 000 signatures visant à accélérer l’agenda du transport.

L’événement était animé par M. Patrick Cox, ancien président du Parlement européen. Parmi les intervenants figuraient M. Jose-Louis Irigoyen, directeur transport, information et technologie de communications, global practice, à la Banque mondiale, M. Jean-Dominique Senard et Mme Nadia Larika, PDG de l’autorité marocaine des ports.

Source: COP22, "Le transport à faible émission de carbone, un élément vital pour l’Agenda global de l’action", http://cop22.ma/fr/#actualites/transport-a-faible-emission-de-carbone-el...