Les parlements et le changement climatique

Portrait de AGORA administrator

« Les politiques de changement climatique ne peuvent être la cerise sur le gâteau du développement; ils doivent être cuits dans la recette de la croissance et du développement social ».
- Robert B. Zoellick, président du Groupe de la Banque mondiale

Le changement climatique est le défi majeur auquel le monde est confronté aujourd'hui, mais la plupart des pays sont encore très mal équipés pour faire face à ses répercussions indéniables et de plus en plus profondes. Le changement climatique exige une bonne dose de prévoyance et une planification à moyen et long terme; cela, naturellement, n’est pas facile lorsque les gratifications politiques sont souvent réservées à ceux qui fournissent des gains rapides et de petits exploits.
Comme une grande partie du monde laisse le pire de la crise financière derrière elle, l'humeur a commencé à changer. De plus en plus de gens sont conscients des dangers du changement climatique, et ceux qui cherchent à y remédier sont, lentement mais sûrement, en train de disposer davantage de soutien politique, de temps et de ressources pour le faire. Comme la question grimpe dans la liste des priorités des gens, les partis politiques, les parlements et les parlementaires devraient profiter de l’élan et construire sur le travail déjà effectué.

Étude de la législation climatique réalisée par GLOBE

L'étude des législations climatiques du GLOBE cherche à fournir un audit annuel détaillé et faisant autorité sur les lois relatives au changement du climat dans des chapitres dédiés à chacun des 66 pays à l’étude.
Les études sur les législations climatiques du GLOBE cibles trois objectifs. Premièrement, à soutenir les législateurs à faire progresser la législation liée au climat en fournissant un résumé détaillé de la règlementation en vigueur afin d'identifier les meilleures pratiques et aider l’échange de connaissances entre pairs. En second lieu, à documenter les vastes progrès de la législation sur le changement climatique, au niveau national, dans les pays industrialisés et en développement, afin de donner une impulsion positive aux négociations internationales. Et troisièmement, pour mettre en évidence le rôle fondamental des législateurs dans toute stratégie efficace de lutte contre le changement climatique.

Les défis

Agir sur le changement climatique pose de nombreux défis complexes pour les législateurs. Tout d'abord, le changement climatique est inexorablement lié à de nombreuses autres questions et objectifs de développement. L’agriculture, la pêche et la production alimentaire, l’accès à l'énergie et sa production, la santé, la gestion des risques de catastrophes et la sécurité de l'eau ne sont que quelques-unes des questions sur lesquelles le changement climatique aura un impact profond et durable. La législation en matière de changement climatique doit donc faire partie d'un cadre politique plus large qui favorise un développement équitable, durable et inclusif.
Un deuxième défi est que la législation sur le changement climatique doit être modelée face à une incertitude considérable. Le progrès scientifique au cours des dernières années a grandement amélioré notre compréhension du changement climatique et de ses impacts probables, mais une bonne partie des prévisions, continue d'être moins fiable et moins précise que ne le souhaitent les décideurs politiques. Au fur et à mesure que la science progresse, les prévisions deviendront plus précises; cependant, il est important que le cadre juridique puisse s’accommoder d’un certain degré d'incertitude et soit capable de s’adapter à l'évolution des conditions et des scénarios.
Troisièmement, pour toute l’attention que les médias et les politiques portent au sujet, peu de gens - y compris les décideurs politiques - comprennent la science derrière le changement climatique ou les processus à l'œuvre. Puisque les parlementaires ne sont pas des experts en la matière, il leur est difficile de s’engager dans un sujet tellement complexe et que, pour un certain nombre de raisons, continue d'être contesté par une partie minoritaire mais très active de la société.

BLOG: Changement climatique: Comment les parlementaires peuvent faire baisser la température

Les scientifiques, à l'unanimité quasi totale, estiment que nous nous dirigeons vers une hausse de 4 ° C de la température d'ici la fin du siècle, dont les effets nous affecterons tous. Certains pays ou régions seront touchés plus profondément et plus rapidement que d'autres, mais les conséquences considérables seront une réalité incontournable dans tous les coins du globe.
Le rapport récent de la Banque mondiale « Baissez la température: Pourquoi un monde 4 ° C plus chaud doit être évité » illustre ce à quoi ressemblerait un monde plus chaud de 4 ° C , et oppose cette image contre celle d'une hausse de 1,5 ° C à 2 ° C  - un scénario qui est encore à notre portée, si nous agissons maintenant et nous nous engageons à l'action politique forte et soutenue.

Les législateurs au niveau national peuvent agir en façonnant des cadres politiques qui tiennent compte de l'adaptation et de l'atténuation, et qui favorisent la réduction significative des émissions de gaz à effet de serre. Les parlementaires des pays à haut risque qui sont déjà confrontés aux effets du changement climatique, sans grande surprise, ont tendance à être plus enclins à agir. Les Petits États insulaires, en Asie du Sud et en Océanie, par exemple, ont vécu des événements météorologiques extrêmes d'une telle nature dévastatrice que le scepticisme envers le changement climatique est de moins en moins à la mode dans cette partie du monde (l’Australie, malheureusement, oppose cette tendance avec une vigueur croissante incompréhensible).
Pour lire le blog complet veuillez cliquer ici.

 
 

Malgré ces défis notables, les parlementaires sont bien placés pour prendre des mesures sur le changement climatique et fournir les résultats durables requis. Pour des points d'action parlementaire, veuillez consulter les sections pertinentes sur la législation, la représentation et le contrôle en matière de changement climatique.

Unir les forces: l'action interpartis sur le changement climatique
Finalement, les parlementaires peuvent faciliter l'action parlementaire sur le changement climatique en s’associant avec leurs pairs à travers des groupes et des réseaux interpartis. Ces groupes peuvent avoir une influence politique considérable, leur donnant une position de négociation beaucoup plus forte pour soutenir des propositions ou pour interpeler des ministres et des responsables gouvernementaux. Le travail interpartis a aussi tendance à être plus durable: les initiatives ou projets lancés par des groupes interpartis sont moins susceptibles d’être renversés suite à des élections ou un changement de leadership, car ils sont étayés par un soutien politique à large assise.
Pour un exemple de travail interpartis, visitez les pages Action Parlementaire sur l'Énergie Renouvelable (PARE).